Posted in prompts

Mon alter égo

Salut tout le monde, salut mes chouchous( c’est fou que j’aime ce petit nom). Alors ça va?? Je vous ai manquée ?? Bref je suis de retour 🙂 et ce avec un nouveau task. C’est une nouvelle saison qui commence pour le #tbc, nouvelle saison rime ici avec nouveaux challengers et moi j’ai intégré la course. Au terme il ne sera choisi que 3 nouveaux contestant MAIS ce n’est pas pour autant que les autres auront démérité, car c’est le love voir la passion du blogging qui nous réunis. Bref comme je disais tantôt, j’ai un nouveau task, écrire ma lettre de motivation, j’ai eu pour cela recours à une experte, laissez moi vous présenter Ali, ma jumelle et mon alter égo.

Tornade: ma copineuh tu te rappelles du #tbc?
Ali: non pas vraiment c’est quoi encore ça ?
Tornade: ben #theblogcontest noon?? Tu ne t’en rappelles toujours pas?
Ali: vaguement.
Tornade: laisse moi te rafraîchir la mémoire. C’est genre un de groupe de blogueurs qui se réunissent une fois par mois autour d’un thème proposé par leur lecteurs
Ali: donc c’est ton machin chouet de blogueurs là ?
Tornade: en quelque sorte mais c’est surtout a travers eux que j’ai pu rencontrer certains blogs camerounais vraiment très intéressant. Mais tu ne connais pas la meilleure. Les gars du noyau central, de l’équipe dirigeante ont annoncé que c’est le moment d’aceuillir de nouveau challengers. Si on ne les connait pas on pourrait croire qu’il s’agit chaque mois d’une compétition ou on détermine celui qui a le mieux écrit. Mais ce n’est pas le cas, c’est juste des blogueurs passionnés qui partagent leurs point de vue et c’est intéressant d’avoir plusieurs avis d’où le besoin d’avoir d’autres challengers. Bref quand il m’ont accepté dans leur groupe, il fallait voir ma joie, j’étais trop contente quoi au point de leur permettre de m’appeller avec tout mes noms et sobriquets.
Ali: toi alors quand tu t’y mets….. Hahahahhaha
Tornade: ah humm j’étais submergé d’émotions. Donc comme je disais ils ont dit qu’on pouvait poser nos candidatures. Bah moi j’ai pris ça au premier degré et j’ai posé a candidature.
Ali: et ils t’ont pris?
Tornade: didonc t’es trop pressé! Bref non pas encore. Donc comme je disais, j’ouvre mon facebook le 15.10 je tombe sur une vidéo qui me dit que je dois écrire une lettre de motivation. De prime abord ce n’est pas une mauvaise idée, c’est d’ailleurs une idée divertissante, tu t’imagines les textes que tout les challengers vont pondre?
Ali: Je te jure il y en aura de tous les goûts et toi tu comptes écrire quoi??
Tornade: je ne sais pas trop, j’aurais bien aimé faire un peu de lèche comme ça je pourrais entrer facilement dans leur grâce. Mais je ne sais pas si ça va marcher. En plus j’ai beaucoup d’autres projets d’écritures ce semestre entre autre, des demandes de stages et même un travail scientifique. Et puis je n’ai pas d’idées
Ali: ah oui j’ai remarqué. Il y a des articles que lorsque tu produits, je me demande où tu es allé chercher. Ne le prends pas mal hein, c’est juste un constat.
Tornade : non pourquoi? J’aime quand on me donne des feedback. J’essaye de trouver quelque chose, car je suis sûrement la seule qui n’a pas encore publié son texte. Je suis sûre que Leyo, Tchoupi, Elie, Mathy et tous ceux qui lisent et commentent souvent mes textes, se demandent ce que je vais bien écrire cette fois. 🙂
Ali: vu le chemin sur lequel tu t’es lancé, je pense qu’ils vont être déçu
Tornade: peut être mais l’inspiration ne se commande pas au marché hein!
Ali: c’est sur!! Je te proposes une scène hein, après ça tu auras peut être une inspiration.
Élie : allô Tchoupi tu fais quoi?
T: rien , je m’ennuie un peu
E: viens chez moi ou si tu veux c’est moi qui viens te retrouver alors tu dit quoi?
T:j’arrive mais dit moi ya quoi au programme ?
E: tu n’as pas encore deviné ?? La nouvelle saison du #tbc, les premiers épisodes sont déjà sortis et ça promet.
T: t’as tout le nécessaire?
E: oui il ne manque plus que toi.
Quelques minutes après. Bien installés dans leur fauteuil, souris et clavier en main.
T: on commence par qui?
E: je ne sais ‘pas je n’ai pas de favoris, ils ont tous l’air très intéressant.
T: la petite du blog tornade586 c’est déjà prononcé??
E: quoi? Elle t’intéresse ??
T: non pas vraiment mais il faut avouer que parfois elle a de ces textes!! En fait on ne s’y attend pas toujours.
E: hahaha. Malheureusement elle ne s’est pas prononcé. En tout cas pas encore.
Après une heure de lecture…
T: le tour ci s’annonce intéressant. Je me demande qui les lecteurs vont choisir comme challengers. Qu’est ce que Leyo en pense ??
E: elle est tout émue, au début, je lui ai envoyé un message sur whatsapp. Bref on en saura plus après le 20.10

Tornade: ahaha c’est trop marrant quoi!! Et puis c’est vraiment pas mal. Je réfléchis encore même si il ne me reste pas beaucoup de temps. Sinon a la fin, je vais juste publier ce dialogue et quitter sur les pbs.
Ali: ehh c’est mon idée et une propriété privée !! Mais bon si tu es vraiment dans le pétrin, alors je te donne la permission de l’utiliser.
Tornade: ohh merci Schatz

Alors voilà ma contribution à la nouvelle saison du #tbc, j’espère qu’on ne vous a pas tourné en bourrique et que vous vous êtes bien marrés !! Bref ne soyez pas timides laissez vos avis 🙂

Advertisements
Posted in mes lectures

Véronika décide de mourir paulo coehlo

Veronika est une jeune fille d’une vingtaine d’années qui se dit un jour dit que sa vie ne vaut plus la peine d’être vécue. Alors elle décide de mourir et d’une manière assez romanesque. Elle prend des comprimés et s’allonge sur le lit attendant une mort certaine. Elle attendra pendant un bon bout, mais tout ce qu’elle Aura ne sont que des douleurs qu’elle associe aux symptômes de la mort. Malheureusement pour elle, les soeurs du couvent dans lequel elle vit arrivent assez tôt pour l’empêcher de mourir. Elle est transporté dans un hôpital psychiatrique du nom de Villette. Car les soeurs la juge folle pour avoir attenté à sa vie. Son arrivée a Villette va bouleverser le cours de la vie de certains pensionnaires.
Elle même après quelque temps et un diagnostic d’une mort certaine, elle se met a avoir de l’espoir a vouloir vivre a nouveau et utilise le temps qu’il lui reste pour faire se qu’elle s’est toujours refusée de faire car soit  immoral soit répréhensible. Elle joue du piano pour Eduard le schizophrène dont elle tombe par la même occasion amoureuse.

Ce livre traite entre autre de folie. Qu’est ce que la Folie? je dirais que n’est le fait de penser ou de faire des choses contraires au sens commun. Exemples: si vous portez une culotte et un demembré en hiver et sortez vous promener, on dira de vous que vous êtes fou, car personne d’autre ne fera un truc pareil.

vers la fin de son Oeuvre Coehlo nous rappelle qu’un brin de Folie c’es toujours bien pour tenir notre vie en equilibre.

voici quelques extraits tirés de ce livre que je vous exhorterais à lire si vous en avez l’occasion.

“C’est grave de s’obliger à ressembler à tout le monde: cela provoque des névroses, des psychoses, des paranoîas. C’est grave parce que c’est forcer la nature et aller à l’encontre des lois de Dieu, qui, dans tous les bois et toutes les forêts du monde, n’a pas créé une seule feuille identique à une autre.”

« – Il doit en être ainsi pour vous, soyez fous, mais comportez-vous comme des gens normaux. Courez le risque d’être différents, mais apprenez à le faire sans attirer l’attention. Concentrez-vous sur cette fleur, et laissez se manifester votre Moi véritable.
« – Qu’est-ce que le Moi véritable? demande Véronika…
« II répondit : – C’est ce que tu es, et non ce qu’on a fait de toi. »

“Veronika avait décidé de mourir en ce bel après-midi, tandis que des musiciens boliviens jouaient sur la place de Ljubljana, qu’un jeune homme passait devant sa fenêtre, et elle était heureuse de ce que ses yeux voyaient et de ce que ses oreilles entendaient. Elle était plus heureuse encore de ne pas avoir à assister au même spectacle pendant trente, quarante ou cinquante ans – car il allait perdre toute son originalité et devenir la tragédie d’une existence où tout se répète et où le lendemain est toujours semblable à la veille “

image

” Le Dr Igor, d’un naturel romantique, en avait repris le nom [vitriol] quasi oublié pour baptiser la maladie de l’âme qu’il était parvenu à diagnostiquer, et dont la découverte allait bientôt stupéfier le monde.
Curieusement, personne n’avait jamais fait allusion au Vitriol comme à un toxique mortel, alors que la plupart des individus atteints identifiaient son goût et nommaient ce mode d’empoisonnement l’Amertume. Tous les organismes contenaient de l’Amertume en quantité plus ou moins grande, de même que nous sommes tous porteurs du bacille de la tuberculose. Mais ces deux maladies ne frappent que lorsque le patient se trouve affaibli ; quant à l’Amertume, le contexte favorisant l’apparition de la maladie est le moment où naît la peur de ce qu’on appelle “réalité”.
Certaines personnes, désireuses de se construire un univers dans lequel aucune menace externe ne puisse pénétrer, développent exagérément leurs défenses contre l’exterieur – les étrangers, les lieux nouveaux, les expériences inconnues – et laissent leur monde interieur démuni. C’est alors que l’Amertume commence à causer des dégâts irréversibles.
La cible principale de l’Amertume […] était la volonté. Les personnes atteintes de ce mal perdaient peu à peu tout désir et, au bout de quelques années, elles ne parvenaient plus à sortir de leur univers, car elles avaient dépensé d’énormes réserves d’énergies à bâtir de hautes murailles pour que la réalité fût conforme à leurs désirs.
A force de se protéger des attaques exterieures, elles avaient aussi limité leur développement intérieur. Elles continuaient à se rendre à leur travail, à regarder la télévision, à se plaindre de la circulation et à avoir des enfants, mais tout cela se produisait de façon automatique et sans la moindre émotion intérieure, car tout était enfin sous contrôle.
l’ennui, avec l’empoisonnement par l’Amertume, c’était que les passions – la haine, l’amour, le désespoir, l’enthousiasme, la curiosité – cessaient également de se manifester. Au bout d’un certain temps, il ne restait plus à l’Amer le moindre désir. Il n’avait plus envie ni de vivre ni de mourir, et c’était là le problème.”

J’ai decouvert Paulo Coehlo a travers les reseaux sociaux et aujourd’hui je suis bien contente d’avoir été curieuse car j’ai decouvert un auteur fabuleux. Un auteur talentueux qui nous offre sa Vision de la vie a travers des recits que je traiterais de philosophiques. Je ne suis  qu’á sa troisieme Oeuvre mais je suis conquise. Si vous trouvez du temps ou l’opporunité n’hesitez pas à le lire, vous ne regretterez pas le detour.