Posted in prompts, psalms and poetry

C’est l’amour!

Essayer de cacher a cette personne que vous l’ avez dans la peau,

Sortir chaque jour et le rencontrer sur votre chemin

Rougir et cacher votre gene,

Sourire à pleine dents

Toute suite après, regretter chaque moment gaspillé a penser à elle.

Marcher seul dans la rue,

La tête dans les nuages,

Les pensées embrouillés comme du papier dans les mains d’un maternel

D’un rictus envoyer dans le néant

Ces souvenirs inopportuns

Qui dans un sens pourrissent au lieu  d’embellir vos journées.

S’isoler un peu plus,

Lasse, sortir prendre de l’ air,

Se dégourdir le Coeur

Aller a la rencontre de l’ avenir,

Sourire aux inconnus,

Appeler des amis

Parler de tout, de rien

La regarder s’ en aller

Se sentir encore seul

Le voir tout les jours

Sourire niaisement

La regarder s’en aller

La suivre des yeux

Avoir mal de la voir

Aux bras d’une autre

Défiler devant votre nez

Nuits et jours

Se dire: “l’amour est violent”

Regretter de n’avoir

Rien pu dire, rien pu faire.

Quand le temps s’en va

Et que vos sentiments restent les mêmes

Et que vos peurs s’accentuent

Chaque jour est un chemin de Croix

Parsemé de doutes, de pleurs

Aucune voie de sortie.

La voir chaque jour

Vous met un poing dans la figure

Mais qu’est ce que la vie sans espoir

Vous vous dites: cela ne va pas durer,

Il est fait pour vous

Il viendrait à vous au moment voulu.

C’est peut-être présomptueux

Mais l’espoir est votre raison de vivre.

 

Posted in psalms and poetry

pour toi!

Je me sens l’âme d un poète  ce soir

et comme tout autre,

il me prend l envie irrésistible d’écrire ,

Mes bouts de doigts fourmillent,

Il faut que je tienne ma plume.

Sur un papier blanc j écris tout d abord des mots dont je ne comprends guère le sens,

Ensuite au fil des phrases, je me rends compte peu a peu de leur signification.

C est peut être un billet d amour ou de reconnaissance,

Toujours est il que ce sont des sentiments couchés sur du papier

Mais envers qui? Je me le demande encore.

Soudainement, je pense a maman,

Ou peut elle être par cette nuit chaude,

Que fait elle?

Pense t elle a moi?

Assurément, l amour d une mère est comme le sable sur la plage, on ne peut le compter, ni le mesurer.

C est décidé, mon billet parlera d elle.

De ma plume majestueuse, je commence le texte que je veux d être un chef d œuvre.

Tout doucement se forment des phrases mais aucune ne parlent d’elle.

Comment est ce possible?

Toutes mes phrases parlent de lui,

De cet homme dont je suis tombée amoureuse dès le premier regard,

Enveloppée dans ses bras,

assez musclé pour me protéger,

tout aussi doux pour que je me sente comme dans un cocon

Le sourire dont il m’a  gratifié était d une telle sincérité,

qu’il restera a jamais gravé dans ma mémoire.

Cet homme je l aime, un peu, beaucoup et surtout je l aimerais pour toujours.

Comment ne pas quand je me rappelle qu’il a toujours été la pour moi,

Quand j ai fais mes premiers pas,

quand j étais triste,

il avait toujours une phrase réconfortante.

Et maintenant il est toujours à mes côtés,

dans le meilleur comme le pire.

Posted in psalms and poetry

Perseverer

Je veux tout,

Tout et tout de suite

Sans égards à toi

Je réclame mon dû,

Mon pain quotidien.

Quand je traverse la vallée

Mon Coeur tremble et mon esprit chancelle

Sans regarder à toi

Voilà que je gémis et je crie

Et si aucun secours ne me viens,

Je me révolte

Refusant de prêter attention a ta parole.

Je ferme mon Coeur à ta grâce

Blessant au passage le tien.

Je ne sais pas attendre

Non, je veux tout et tout de suite

Et ne prends point égard à ta miséricorde.

Persévérer? Oui bien sûr pour un moment,

Mais pas dans la douleur,

Chercher la solution soi-même, tel est mon lot.

Non je refuse de comprendre,

Pourtant à tes pieds je m’incline

Ta face je cherche et

Ton nom j’invoque.

Mon Coeur je le ferme

Insensé que je suis,

Vers qui irais je si ce n’est vers toi?

Qui m’aimera autant que tu m’aimes?

Regarde moi, sonde mes pensées.

Apprends moi à t’écouter.

Apprends moi à attendre, à persever.

Qu’au milieu de la tempête mon regard se tourne vers toi.

(Je sais que j’y arriverais.)

Quand je traverserai les malheurs et les persécutions, je veux t’attendre.

J’attendrai, peu importe le temps que cela prendra

Car ton temps est le meilleur.

Je viens à toi, honteux et confus

Pardonnes moi Yahweh

Que ce ne soit pas ma volonté

Mais ta volonté qui s’accomplisse.

Pas pour la récompense qui m’attends au bout du chemin, au ciel

Mais comme fragment de réponse à ton amour.

Apprends moi à t’aimer comme tu m’a aimé

apprends moi à te laisser agir sans interférer

Apprends moi père à te connaître.

 

Tornade

(Pere, Je te loue avec les dons que dans ton infinie miséricorde tu m’as fais grâce.)

Jeremie 29:11; Matthieu 12:12; Galates 6:9; Psaume 27:14

xoxo