Posted in mes lectures

Véronika décide de mourir paulo coehlo

Veronika est une jeune fille d’une vingtaine d’années qui se dit un jour dit que sa vie ne vaut plus la peine d’être vécue. Alors elle décide de mourir et d’une manière assez romanesque. Elle prend des comprimés et s’allonge sur le lit attendant une mort certaine. Elle attendra pendant un bon bout, mais tout ce qu’elle Aura ne sont que des douleurs qu’elle associe aux symptômes de la mort. Malheureusement pour elle, les soeurs du couvent dans lequel elle vit arrivent assez tôt pour l’empêcher de mourir. Elle est transporté dans un hôpital psychiatrique du nom de Villette. Car les soeurs la juge folle pour avoir attenté à sa vie. Son arrivée a Villette va bouleverser le cours de la vie de certains pensionnaires.
Elle même après quelque temps et un diagnostic d’une mort certaine, elle se met a avoir de l’espoir a vouloir vivre a nouveau et utilise le temps qu’il lui reste pour faire se qu’elle s’est toujours refusée de faire car soit  immoral soit répréhensible. Elle joue du piano pour Eduard le schizophrène dont elle tombe par la même occasion amoureuse.

Ce livre traite entre autre de folie. Qu’est ce que la Folie? je dirais que n’est le fait de penser ou de faire des choses contraires au sens commun. Exemples: si vous portez une culotte et un demembré en hiver et sortez vous promener, on dira de vous que vous êtes fou, car personne d’autre ne fera un truc pareil.

vers la fin de son Oeuvre Coehlo nous rappelle qu’un brin de Folie c’es toujours bien pour tenir notre vie en equilibre.

voici quelques extraits tirés de ce livre que je vous exhorterais à lire si vous en avez l’occasion.

“C’est grave de s’obliger à ressembler à tout le monde: cela provoque des névroses, des psychoses, des paranoîas. C’est grave parce que c’est forcer la nature et aller à l’encontre des lois de Dieu, qui, dans tous les bois et toutes les forêts du monde, n’a pas créé une seule feuille identique à une autre.”

« – Il doit en être ainsi pour vous, soyez fous, mais comportez-vous comme des gens normaux. Courez le risque d’être différents, mais apprenez à le faire sans attirer l’attention. Concentrez-vous sur cette fleur, et laissez se manifester votre Moi véritable.
« – Qu’est-ce que le Moi véritable? demande Véronika…
« II répondit : – C’est ce que tu es, et non ce qu’on a fait de toi. »

“Veronika avait décidé de mourir en ce bel après-midi, tandis que des musiciens boliviens jouaient sur la place de Ljubljana, qu’un jeune homme passait devant sa fenêtre, et elle était heureuse de ce que ses yeux voyaient et de ce que ses oreilles entendaient. Elle était plus heureuse encore de ne pas avoir à assister au même spectacle pendant trente, quarante ou cinquante ans – car il allait perdre toute son originalité et devenir la tragédie d’une existence où tout se répète et où le lendemain est toujours semblable à la veille “

image

” Le Dr Igor, d’un naturel romantique, en avait repris le nom [vitriol] quasi oublié pour baptiser la maladie de l’âme qu’il était parvenu à diagnostiquer, et dont la découverte allait bientôt stupéfier le monde.
Curieusement, personne n’avait jamais fait allusion au Vitriol comme à un toxique mortel, alors que la plupart des individus atteints identifiaient son goût et nommaient ce mode d’empoisonnement l’Amertume. Tous les organismes contenaient de l’Amertume en quantité plus ou moins grande, de même que nous sommes tous porteurs du bacille de la tuberculose. Mais ces deux maladies ne frappent que lorsque le patient se trouve affaibli ; quant à l’Amertume, le contexte favorisant l’apparition de la maladie est le moment où naît la peur de ce qu’on appelle “réalité”.
Certaines personnes, désireuses de se construire un univers dans lequel aucune menace externe ne puisse pénétrer, développent exagérément leurs défenses contre l’exterieur – les étrangers, les lieux nouveaux, les expériences inconnues – et laissent leur monde interieur démuni. C’est alors que l’Amertume commence à causer des dégâts irréversibles.
La cible principale de l’Amertume […] était la volonté. Les personnes atteintes de ce mal perdaient peu à peu tout désir et, au bout de quelques années, elles ne parvenaient plus à sortir de leur univers, car elles avaient dépensé d’énormes réserves d’énergies à bâtir de hautes murailles pour que la réalité fût conforme à leurs désirs.
A force de se protéger des attaques exterieures, elles avaient aussi limité leur développement intérieur. Elles continuaient à se rendre à leur travail, à regarder la télévision, à se plaindre de la circulation et à avoir des enfants, mais tout cela se produisait de façon automatique et sans la moindre émotion intérieure, car tout était enfin sous contrôle.
l’ennui, avec l’empoisonnement par l’Amertume, c’était que les passions – la haine, l’amour, le désespoir, l’enthousiasme, la curiosité – cessaient également de se manifester. Au bout d’un certain temps, il ne restait plus à l’Amer le moindre désir. Il n’avait plus envie ni de vivre ni de mourir, et c’était là le problème.”

J’ai decouvert Paulo Coehlo a travers les reseaux sociaux et aujourd’hui je suis bien contente d’avoir été curieuse car j’ai decouvert un auteur fabuleux. Un auteur talentueux qui nous offre sa Vision de la vie a travers des recits que je traiterais de philosophiques. Je ne suis  qu’á sa troisieme Oeuvre mais je suis conquise. Si vous trouvez du temps ou l’opporunité n’hesitez pas à le lire, vous ne regretterez pas le detour.

Advertisements
Posted in mes lectures

COMMENT CUISINER SON MARI A L’AFRICAINE

Je donnerais comme titre : comment draguer un gars a l’africaine.

download (3)

4ème de couverture :

Mademoiselle Aïssatou est amoureuse d’un malien pure souche, célibataire et manutentionnaire. Et pour séduire cet homme, il ne suffit pas de lui refiler un tendre baiser, il faut aussi les senteurs tropicales qui captivent.

Mangue sauvage, marinades d’épices et pépé-soupe de poissons…. Voilà de quoi déclencher torrents d’extase et excès sensuels. Mieux que les contes de Shéhérazade, Calixthe Beyala a ses philtres suaves et autres poudres magiques pour ensorceler “l’autre”….

en Effet le livre traite de vraiment beaucoup de sujets.

Le standard de beauté etant une femme blanche et mince comme une planche a couper. Ceci etant les noires immigrés ou non utilisent desormais des produits decapants et desquamants pour ameliorer ce que mere nature leur a donné de si bon coeur. la narratrice dans l’histoire nous le dis et sur une pointe de melancholie. En afrique c’etait different ou peut etre ca  l’est encore mais les rondes sont beaucoup apprciées. Au fond les gouts et couleurs ne se dicutent pas. Ce n’est parce que tu aimes les filles taillés comme des mannequins que tu fais quelques chose de mauvais non!! Et ce n’est pas parce que je les aimes un oeu plus grand que moi, assez imposant et legerement arqués que c’est un vice 🙂 😉

Cela nous est deja arrivé de jurer que tous les hommes sont des idiots ou de les traiter de tous les noms d’oiseaux possibles. Mais une fois qu’on tombe sur celui qui a l’air parfait pour nous, il faut mettre tout en oeuvre pour l’avoir ou le garder pour nous tout seul. Dans notre Histoire nous avons aissatou qui tombe amoureuse de son voisin du dessous. le hic etant que celui ci est un coureur de jupon, elle doit trouver une solution adequate pour qu’il s’interesse a elle. C’est alors qu’elle se rappelle de ce que lui disait toujours sa maman qui est en quelque sorte une experte sur le sujet: comment garder son mari. Une chanteuse camerounaise disait l’homme c’est le ventre et le bas ventre, que comprenne  qui voudra/pourra.  Quand dans la vie nous sommes confrontés  a des situations pareilles  ou notre seule presence ne suffit plus  il faut etre ingenieux. Qu’est ce qui va vous differencier de l’autre? bref ici c’est simple l’art culinaire. Un ami me disait qu’en cuisine on ne peut rien faire de travers, on fait juste differement. en un sens il n’a pas tort. Un jour quelqu’un est entré dans sa cuisine et il a cuisiné quelque chose que certains ont trouvé beau/bon, queqlques temps apres la recette a été adopté ensuite une autre l’a fait d’une autre facon et la encore on a apprecié. C’est vrai que sur ce chemin certains se sont perdus mais bon… bref revenons a nos moutons Aissatou apres avoir mis en pratique les conseils de sa maman,et a force de mets exotiques elle fini par faire succomber le male mr bolobolo…

Sur le style employé je dirais je ne sais plus pourquoi? parce que je l’ai lu il y a de cela 2 ans et qu’apres j’ai embrouillé mon petit cerveau d’autres styles litteraires. Je ne pense pas quelle ai utilisé un style compliqué il est simple fluide et se comprend a la premiere lecture. L’histoire est belle hilarante et on s’y retrouve un peu dans la description. mais attention livre interdit au moins de 12 ans :):)

voici une page sur laquelle j’ai trouvé une assez belle description du livre togocouleurs

SI VOUS N’AVEZ PAS ENCORE LU CE LIVRE; DEPECHEZ VOUS DE LE FAIRE.

Comme dans le style du Livre, une petite recette pour la route.

JUS DE GINGEMBRE

jusdegingembre.jpg

1 kg de gingembre

1 litre de lait

1 kg de sucre

250 g de citrons verts

Laver le gingembre. Gratter et ôter la peau;

Mixer par petites quantités jusqu’à ce qu’il devienne pâteux;

Mettre le gingembre dans une casserole, ajouter 4 litres d’eau.
Laisser reposer une nuite entière. Le lendemain, mélanger en tournant avec une grande cuillère de façon à ce que le gingembre se fonde complètement dans l’eau.

A l’aide d’une passoire, séparer, le jus de gingembre de ses débris filandreux.

Ajouter le jus des citrons et le lait. Mélanger de nouveau.

Selon le goût ajouter le sucre.

Le jus est prêt, mettre dans des bouteilles, garder au frais.

Le jus de gingembre se sert en apéritif, très frais.

je serais d’avis que l’on mette moins de sucre car un kilo c’est colossal. (nb: je ne l’ai pas pris dans le livre alors il y a peut etre des erreurs.)

voici quelques extraits glanés sur la toile

Ma mère aurait dit : Aucune femme n’est une rivale

Je découpe des oignons. Que va-t-il en penser ? Je décortique des pistaches, assaisonne l’antilope. Va-t-il me prendre dans ses bras ou est-ce moi qui d’un geste lascif l’écraserai contre mes seins ? Je touille du piment rouge avec de l’aïl. Le menu que je m’apprête à servir est à bouleverser les récepteurs de l’odorat, à chambouler chaque molécule, à mettre sans dessus dessous tout le système nerveux par sa succulence et son abondance. Des éclairs de plaisir me déchirent l’estomac. J’ai l’impression qu’un tapis de bonheur se déroule sous mes pieds et m’entraîne vers des régions de soleil et de nuages bleus.

« – L’as-tu satisfait sur le plan sexuel ?….
– As-tu bien tenu ta maison ?…
-Lui as-tu préparé des bons petits plats ? » p14

J’en ferai un amant à défaut d’un mari, me dis-je. Je vais le cuisiner dans une daurade aux piments rouges jusqu’à ce qu’il devienne mou de dedans, moelleux et fondant comme un chocolat au soleil, qu’il en perde le sens ! Qu’il éjacule ! Qu’il crève ! J’ai une illumination soudaine : comment cuisiner son mari à l’africaine sans perdre son âme ? p64

Quand Aïssatou dresse sa table, rien ne manque : « …il y a la salière, le poivrier, la porte cure-dents et même les bougies, tout ce qu’il faut pour éveiller l’appétit et dresser le bangala à midi pile » p119

suite a la visite chez le marabout

-Veux-tu savoir pourquoi tu n’es pas « amoureusable » ? p48
-T’es trop maigre en voulant te tailler sur la mesure de la beauté du pantalon blanc. Car «les culs plats ne plaisent pas aux hommes » p49 et
-Parce que vous les filles d’aujourd’hui, vous ne savez même pas cuisiner

bref aller le lire, moi en tout je le ferais encore.

libristiquement votre

Posted in mes lectures

L’alchimiste de Paolo coelho

Download

Est un conte philosophique que je lirais encore et encore si je n’etais pas a la perpétuelle recherche d’autres trésors.  C’est un cours roman de moins de 200 pages qui se lit d’une seule traite, il est si captivant qu’on reste pendu aux mots jusqu’à la dernière page.

Le héros de ce court roman est Santiago, un jeune berger andalou, qui part à la recherche d’un trésor enfoui au pied des Pyramides.
Lorsqu’il rencontre l’Alchimiste dans le désert, celui-ci lui apprend à écouter son cœur, à lire les signes du destin et, par-dessus tout, à aller au bout de son rêve. sur son chemin il va rencontrer des obstacles notamment au tout debut de son voyage a Tanger, il se fait derober tout son argent. ensuite il rencontre un marchand chez lequel il va travailler pendant un bon bout avant de se decider un matin a continuer la poursuite de son reve. il va aussi rencontrer une fille un moine et des brigands.
L’histoire nous convie a réfléchir, à voir la vie sous un autre angle. Nos rêves, que sont ils devenus?  Pourquoi se contenter du peu qu’on a tout en sachant qu’on pourrait avoir/faire mieux?

la légende personnelle est le projet particulier et favorable dont nous sommes tous porteurs et dont l’accomplissement dépend de notre capacité à retrouver nos envies profondes : « Si vous écoutez votre cœur, vous savez précisément ce que vous avez à faire sur terre. Enfant, nous avons tous su. Mais parce que nous avons peur d’être désappointé, peur de ne pas réussir à réaliser notre rêve, nous n’écoutons plus notre cœur. Ceci dit, il est normal de nous éloigner à un moment ou à un autre de notre « Légende Personnelle ». Ce n’est pas grave car, à plusieurs reprises, la vie nous donne la possibilité de recoller à cette trajectoire idéale[1]. »

apres la lecture de ce livre, j’ai essayé de renouer avec mes reves, je ne les avais pas oublié, je les avais jeté aux oubliettes. pendant un bout j’ai continué ce que j’avais commencé jusqu’à ce que le temps me rappelles a l’ordre, je n’avais pas  mieux à faire mais j’avais quelque chose d’aussi important à finir, mes etudes. alors aujourd’hui j’etudie mais de temps à autre, je prends quelques minutes, heures pour faire ce que j’aime.

voici qulques extraits du livre et mes avis:

[…] il y avait dans le monde un langage qui était compris de tous […]. C’était le langage de l’enthousiasme, des choses que l’on fait avec amour, avec passion, en vue d’un résultat que l’on souhaite obtenir ou en quoi l’on croit.

* cette citation je l’aime bien car tout le long de ma petite vie j’ai toujours soutenu le fait que si je faisais quelque chose contre mon gré cela se saurait a cause des resultats et par ailleurs tout ce que j’ai entrepris avec amour, je l’ai toujours reussi.

images (4)
“Une quête commence toujours par la Chance du Débutant. Et s’achève toujours par l’Épreuve du Conquérant.”

“Lorsqu’on voit toujours les mêmes personnes, comme c’était le cas au séminaire, on en vient à considérer qu’elles font partie de notre vie. Et alors, puisqu’elles font partie de notre vie, elles finissent par vouloir transformer notre vie. Et si nous ne sommes pas tels qu’elles souhaiteraient nous voir, les voilà mécontentes. Car tout le monde croit savoir exactement comment nous devrions vivre.
Mais personne ne sait jamais comment il doit lui-même vivre sa propre vie.”

** chacun a le droit de me donner son avis sur ma vie mais personne autre que moi ne decide ce qu’il adviendra. ils veulent vous voir president, medecin, comptable, mais est ce que c’est ca que vous voulez? faites ce qui vous tient a coeur et faites le bien.

“Mon coeur craint de souffrir,dit le jeune homme à l’alchimiste,une nuit qu’ils regardaient le ciel sans lune.-Dis lui que la crainte de souffrir est pire que la souffrance elle-méme.et qu’aucun coeur n’a jamais souffert alors qu’il était à la poursuite de ses réves.”

“Pour arriver jusqu’au trésor, il faudra que tu sois attentif aux signes. Dieu a écrit dans le monde le chemin que chacun de nous doit suivre. Il n’y a a qu’à lire ce qu’il a écrit pour toi. »

“Il y a toujours dans le monde une personne qui en attend une autre, que ce soit en plein désert ou au coeur des grandes villes”

“Qu’est-ce que c’est que ça ? demanda t-il.
-La Pierre Philosophale, et l’Élixir de Longue Vie. […] Qui boit de cet elixir ne sera jamais malade, et un minuscule fragment de cette pierre transforme en or n’importe quel métal.”
Les trois hommes éclatèrent d’un grand rire, et l’Alchimiste rit avec eux. Ils avaient trouvé la réponse très amusante, et ils les laissèrent partir […].
“Êtes-vous fou ? demanda le jeune homme, quand ils furent à une certaine distance. Pourquoi avez-vous répondu ainsi ?
-Pour te montrer une loi du monde, toute simple: quand nous avons de grands trésors sous les yeux, nous ne nous en apercevons jamais. Et sais-tu pourquoi ? Parce que les hommes ne croient pas aux trésors.”

“- pourquoi dois-je écouter mon coeur ?
– parceque tu n’arriveras jamais à le faire taire. Et même si tu feins de ne pas entendre ce qu’il te dit, il sera là, dans ta poitrine, et ne cessera de répéter ce qu’il pense de la vie et du monde.”

et une derniere pour la route 🙂

– Pourquoi devons-nous écouter notre coeur ? […]
– Parce que, là où sera ton coeur, là sera ton trésor.

images (3)

xoxo Tornade